Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_orange.gif
Elevage: un protocole pour savoir comment traiter

Le 05-02-2010 par S.LENOBLE Source ALMA (Maison Elevage )

Bilan du troupeau, conseils de prévention et protocole de soins au menu de la visite volontaire «prescription délivrance»

Le décret n°2007-596 du 24 avril 2007, aussi appelé décret «prescription-délivrance» des médicaments vétérinaires, a rénové complètement les modalités de délivrance des médicaments vétérinaires. L’éleveur peut désormais solliciter son vétérinaire traitant pour réaliser une visite bilan au cours de laquelle, les principales pathologies et problèmes sanitaires récurrents de l'élevage seront identifiés. A l’issu de cette visite, le vétérinaire rédige un protocole de soins dans lequel il définit les pathologies pour lesquelles une prescription sans examen clinique de l’animal malade est possible. Dans ce protocole, il précise les médicaments à utiliser et la posologie à mettre en place, lorsqu’un animal présente la pathologie en question. Pour chacune des pathologies, le vétérinaire fixe des critères d’alerte au delà desquels sa visite sera nécessaire.

visites-v-to.JPG

Le protocole de soins ne tient pas lieu d’ordonnance. L’ordonnance est nécessaire pour la délivrance des médicaments figurant dans le protocole.

Cette visite bilan présente un second intérêt. Elle est l’occasion de faire de la prévention sur l’élevage. Elle peut permettre de relever des points à améliorer relatifs par exemple à la conduite générale de l’élevage ou à l’organisation du bâtiment. Le vétérinaire pourra éventuellement orienter l’éleveur vers un conseiller spécialisé.

Le protocole doit être réactualisé au moins une fois par an, lors d’une nouvelle visite bilan.


Une visite pour deux

Pour les éleveurs de bovins, la visite sanitaire obligatoire (cf. ci-dessous) peut servir de base pour la visite de bilan sanitaire annuel, si le vétérinaire sanitaire est également le vétérinaire traitant. En effet, celui-ci requiert de faire la synthèse des observations du carnet sanitaire de l'élevage. Or, cette synthèse doit également être faite dans le cadre de la visite sanitaire obligatoire. Un an sur deux, les deux visites peuvent donc être couplées.

Repères

Pour la réalisation du bilan sanitaire de l’élevage, le carnet sanitaire est un document essentiel. Toutes les informations que l’éleveur a consignées concernant les interventions sur son troupeau seront très utiles au vétérinaire. L’utilisation d’un carnet sanitaire informatique permet en outre d’extraire des bilans qui facilitent le travail de synthèse du vétérinaire.


Zoom sur... La visite sanitaire obligatoire (VSO) en élevage bovin

Après 40 ans de prophylaxie collective, les résultats épidémiologiques des maladies animales réputées contagieuses montrent que la tuberculose et le brucellose bovines sont en voie d'éradication. C’est dans ce contexte qu’un arrêté ministériel en date du 24 janvier 2005 instaure sur l’ensemble du territoire national une visite obligatoire des élevages de bovins.

L’objectif de cette visite est double :

- maintenir une veille sanitaire de terrain. Avec l’allègement des prophylaxies, le vétérinaire sanitaire n’intervient plus dans un certain nombre d’élevages ;

- prévenir et maîtriser l’apparition de tuberculose, de brucellose voire de fièvre aphteuse dans les cheptels en identifiant les facteurs de risques propres à chaque cheptel : cette visite permet d’identifier les cheptels à risques.

Cette visite est réalisée une fois tous les 2 ans par le vétérinaire sanitaire de l’exploitation. Sa durée est d’environ une heure. Elle est conduite sur la base d’un questionnaire renseigné par le vétérinaire et visé par l’éleveur. Le vétérinaire laisse un exemplaire à l’éleveur. Elle peut être réalisée en même temps que les opérations de prophylaxie. Elle est gratuite pour l’éleveur..

Cette visite sanitaire obligatoire pourrait être étendue aux élevages ovins et porcins.