Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_orange.gif
Entretien des sols viticoles: pourquoi enherber sa parcelle?

Le 19-10-2008 par A. RENAULT (le Paysan Tarnais )

Quelles sont les intérêts et les conditions pour enherber ses parcelles?

 

Entretien des sols viticoles : pourquoi enherber sa parcelle ?

L’herbe serait-elle l’amie de la vigne ? Jean-Pierre PRADIER, conseiller viticole de la Chambre d’agriculture de Gironde et Jacques Rousseau, de l’Institut Coopératif du Vin ont expliqué, lors d’une réunion d’information organisée par la Chambre d’Agriculture du Tarn consacrée à l’entretien des sols viticoles, l’intérêt d’enherber son vignoble, à certaines conditions…

" Nous sommes aujourd’hui à une phase tournante de la viticulture ", annonce Jean-Pierre PRADIER, conseiller viticole de la Chambre d’agriculture de Gironde, invité de la Chambre d’Agriculture du Tarn à Gaillac, le mois dernier. " Il y a 40 ans, les vignes étaient parfois badigeonnées avec du cuivre. Les labours très profonds détruisaient les racines, l’état sanitaire des porte-greffes était mauvais, du coup la vigueur des vignes était nettement plus faible qu’aujourd’hui. Actuellement, la sélection clonale a fait d’énormes progrès, les engrais sont beaucoup plus efficaces et les porte-greffes sont sains. D’autre part, la demande de vins de qualité se fait toujours plus forte. Il faut donc trouver des solutions pour faire baisser les rendements et quitter la vigueur des vignes. L’enherbement, qu’il soit permanent avec le semis de variétés d’herbes adaptées ou naturel avec un contrôle au girobroyeur et le désherbage régulier du cavaillon, constitue une solution ".

Le sol : organisme vivant

Pourquoi enherber ? D’abord pour une meilleure utilisation du sol, trop longtemps considéré comme un outil de travail alors qu’il s’agit d’un véritable organisme vivant, doté d’une structure complexe, d’une vie propre et d’un rôle fondamental pour le développement des végétaux et des animaux.

Jacques Rousseau, de l’Institut Coopératif du Vin, a étudié l’importance de la matière organique dans le sol et l’influence des modes d’entretien agricoles sur le sol. " La fraction vivante du sol, les champignons, les bactéries, les insectes, les vers (lombriciens), etc., sont responsables de la dégradation de la matière organique et de la formation de l’humus. Or l’humus retient l’eau et les éléments fertilisants qu’il restitue progressivement aux plantes lorsque ils font défaut dans le sol. L’humus est également responsable de la porosité du sol qui favorise la circulation de l’eau. Le rôle de la matière organique est donc fondamental pour la vigne. Or des expériences menées dans différentes régions de France montrent que l’enherbement des parcelles, comparé au travail du sol et au désherbage chimique, contribue à maintenir un taux de matière organique satisfaisant dans le sol ".

L’enherbement permet également d’éviter la compaction du sol après le passage du tracteur. Or les semelles de labour freinent la croissance racinaire et la circulation de l’eau et de l’air dans le sol. " Un enherbement hivernal peut effacer progressivement les zones de compaction ".

Jean-Pierre PRADIER rappelle : " Attention, tous les sols ne méritent pas d’être enherbés et il existe des inconvénients. Certaines herbes sont très agressives pour la vigne. Sur sol humide, le semis d’herbe nécessite des précautions car les vignes installent des racines à faible profondeur ; du coup, la concurrence entre vigne et herbe est très forte. Ce sont les bons sols viticoles qu’il faut enherber ". Mais si l’enherbement est fait dans de bonnes conditions, il présente de nombreux avantages. " Des expériences montrent que la quantité de bois de taille diminue sensiblement lorsque les parcelles sont enherbées, ce qui facilite le travail des tailleurs en hiver. La fréquence de grappes atteintes par le Botrytis dans les parcelles enherbées baisse. Et les indices IPT (polyphénols et tanins) et IC (substances colorantes) ainsi que le degré alcoolique s’améliorent avec la diminution des rendements. Autant de raisons qui expliquent le développement de ces pratiques dans le vignoble français ".