Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_orange.gif
Flavescence dorée : la lutte se met en place sur le Gaillacois

Le 03-08-2012 par S. LENOBLE / CA81 (Chambre d'Agriculture )

La flavescence dorée occasionne des pertes de récolte et peut entraîner la mort des ceps. Rappel des symptômes, des moyens de lutte et présentation du plan d'action pour le Gaillacois.

La flavescence dorée est une maladie de quarantaine et est due à un phytoplasme. Elle occasionne des pertes de récolte, peut entraîner la mort des ceps, et se propage très rapidement. Elle peut compromettre la pérennité du vignoble et donc la pérennité financière d'une exploitation. La maladie se développe par foyers et peut se propager rapidement sur le vignoble par l'intermédiaire de la cicadelle de la flavescence dorée, qui est vectrice de ce phytoplasme.

 

Il n'existe aucun produit phytosanitaire permettant de lutter contre le phytoplasme. C'est pour cela que le programme de lutte est basé sur la lutte contre la cicadelle vectrice de la maladie et sur l'arrachage des ceps contaminés (arrêté du ministère chargé de l'Agriculture du 9 juillet 2003 - JORF 22 juillet 2003). L'obligation de prospection dans le vignoble, encadrée par la Fredec(1), est donc une étape importante dans le processus d'assainissement du vignoble.

 

Les responsables professionnels viticoles du Gaillacois, conscients des enjeux et des risques liés à la flavescence dorée, ont décidé d'un plan d'action à mettre en œuvre dès cette année. «Depuis deux ou trois ans, avec l’état des lieux fait dans le cadre du projet Minerve, nous nous sommes rendus compte de la recrudescence de la maladie» explique Pascal Pelissou, élu à la chambre d’agriculture. «Avec les dégâts que la maladie cause dans nos vignes, nous ne pouvons pas relâcher nos efforts. Comme la lutte est réglementée, nous préférons faire de la prévention avec des mesures de prophylaxie. Il ne faut que les viticulteurs vivent ça comme une contrainte mais vraiment comme un travail pour l’intérêt général !»

 

Efficacité maximale

Un assainissement du vignoble durant la période 15 août au 30 septembre aura donc lieu systématiquement. Concrètement, des prospections seront organisées dans le vignoble tarnais et les ceps présentant des symptômes seront arrachés ou coupés directement. «L’idée est d’être vraiment efficace. A cette période là, les viticulteurs sont très difficilement mobilisables. Nous n’avons pas le temps de faire plusieurs passages dans les parcelles. Dès qu’un pied malade sera repéré, il sera éliminé.» L'objectif affiché est d'avoir assaini tout le vignoble en 4 ans, ce qui signifie 1800 ha par an.

 

Il a été décidé d'organiser l'assainissement par commune. Le fait que des viticulteurs aient des vignes sur plusieurs communes a été pris en compte. Cependant dans un souci à la fois de logistique (déplacements) et de traçabilité (qui a assaini et à quel endroit, ceci à l'échelle de tout le vignoble), il apparaissait contreproductif d'assainir exploitation par exploitation. Toutefois, pour les communes à faible superficie viticole ou à faible nombre d'exploitants, l'assainissement pourra se faire par exploitation. Sur chaque commune ayant de la vigne, des professionnels référents ont été désignés. La liste sera diffusée sous peu (courrier ou sur www.tarn.chambagri.fr)

 

La démarche nécessite une mobilisation forte de l'ensemble des professionnels, des techniciens viticoles (caves coopératives, maison des vins et chambre d'agriculture) et bien-sûr la participation active de l'ensemble des viticulteurs. Les informations collectées seront transmises à la Fredec et / ou la Draaf (obligation légale), mais seront également centralisées à la chambre d'agriculture dans le but de réaliser un rendu visuel. Le but est de pouvoir résumer ce qui s'est passé (surfaces contrôlées, nombre de ceps contaminés trouvés et arrachés). Une cartographie des données permettra notamment de suivre la dynamique d'évolution de la maladie.

 

Retour sur la lutte insecticide de l’été 2012

Autre levier d’action : la lutte insecticide contre la cicadelle vectrice, elle aussi obligatoire. L'ensemble du Tarn fait parti du périmètre de lutte obligatoire contre la cicadelle vectrice de la flavescence dorée. Au sein de ce périmètre de lutte, les communes sont dorénavant réparties en deux zones :

- les communes en zone 1 (= communes contaminées) sont soumises à 2 traitements obligatoires (éventualité d'un 3ème traitement selon la quantité de cicadelles adultes observées) et à une obligation de prospection ;

- les communes en zone 2 (= communes assainies) n'ont pas de traitement obligatoire mais restent soumises à une obligation de prospection.

Concernant la zone 1, les 2 traitements obligatoires sont des larvicides, le 3ème s'il a lieu, sera un adulticide. Pour les viticulteurs bio en zone 1, les 3 traitements sont rendus obligatoires (2 larvicides et 1 adulticide).

 

Cette année, des suivis d'éclosion des œufs de cicadelle de la flavescence dorée ont été réalisés par un technicien viticole de la chambre d'agriculture sur les parcelles de référence déjà visitées pour le BSV et bulletin technique lutte biologique et lutte raisonnée. Accompagné d'un technicien chambre, un technicien de la Fredec a également suivi les éclosions sur les parcelles sur lesquelles des foyers de flavescence ont été identifiés par le passé. L'observation des premières larves, signalée dans le bulletin technique hebdomadaire, a permis positionner le premier traitement larvicide avec un maximum d'efficacité.

 

Pour cette campagne, le troisième traitement (T3) adulticide est recommandé en présence avérée d'adultes de Scaphoïdeus titanus et/ou selon une analyse du risque laissée à l'appréciation du viticulteur. En effet, les adultes infectieux (porteurs du phytoplasme responsable de la maladie) peuvent parvenir sur les vignes et provoquer de nouvelles contaminations même si une protection efficace contre les larves a été réalisée. Ce troisième traitement doit être effectué au plus tard le 12 aout.

 

(1) Fédération régionale de défense des organismes nuisibles des cultures

Toutes les infos sur www.tarn.chambagri.fr