Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_orange.gif
Les Trichoderma non efficaces contre les maladies du bois

Le 06-10-2008 par P.Larignon - IFV Rhône-Méditer ( )

Les Trichoderma ne permettent pas la protection des plaies de taille à l'égard des champignons des maladies du bois de la vigne, lorsque les contaminations ont lieu le lendemain ou quinze jours après la protection.

 

Les études menées par l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) montrent l'inefficacité des Trichoderma pour protéger les plaies de taille à l'égard des champignons associés aux maladies du bois lorsque les contaminations ont lieu le lendemain ou quinze jours après la protection. De plus, ces champignons ne s'installent pas toujours sur la plaie de taille ! Leur utilisation en pépinières ne permet pas non plus de protéger les plants face aux champignons impliqués dans les maladies du bois. Les Trichoderma ne permettent pas la protection des plaies de taille à l'égard des champignons des maladies du bois de la vigne, lorsque les contaminations ont lieu le lendemain ou quinze jours après la protection. C'est le principal résultat d'une étude IFV menée au vignoble pendant trois années consécutives (2005, 2006 et 2007) portant sur l'évaluation de l'efficacité de sept Trichoderma différents en protection des plaies de taille. La taille était effectuée précocement, en décembre et plus tardivement en février. Cette étude montre que certains Trichoderma retardent le développement du champignon de l'eutypiose, Eutypa lata, au niveau de la plaie, mais ne bloquent pas son développement. Pour Phaeomoniella chlamydospora, un des champignons pionniers de l'esca, la protection par les Trichoderma s'avère inefficace. Neuf mois après la protection et la contamination, le champignon provoque des ponctuations noires caractéristiques de son développement dans les tissus sous-jacents à la plaie. Ces résultats ne sont pas surprenants car les Trichoderma sont des champignons du sol. Ils sont rarement trouvés sur les plaies de taille en conditions naturelles. De plus, comme le montrent nos dernières études, les Trichoderma ne colonisent pas toujours la plaie de taille pendant la période hivernale, cela est dû au fait que la microflore naturelle peut empêcher son installation. Ces champignons sont également présents sur le bois mort ou encore dans le bois à un stade avancé de dégradation (amadou). Ils sont rarement trouvés dans les nécroses dues au champignon de l'eutypiose car elles constituent un milieu défavorable au développement des Trichoderma. Ces essais ont été menés à la suite de tests de confrontation, réalisés au laboratoire en 2003 sur treize Trichoderma différents, provenant de cinq sociétés. Ces tests avaient pourtant permis de mettre en évidence que certains d'entre eux gênent le développement de plusieurs parasites pénétrant par les plaies de taille lors de la période hivernale. Ces essais avaient également montré que les Trichoderma n'ont aucun effet sur l'autre champignon pionnier de l'esca, Phaeoacremonium aleophilum

Les études menées par l'Institut
Français de la Vigne et du Vin
(IFV) montrent l'inefficacité des
Trichoderma pour protéger les
plaies de taille à l'égard des champignons
associés aux maladies du
bois lorsque les contaminations
ont lieu le lendemain ou quinze
jours après la protection. De plus,
ces champignons ne s'installent
pas toujours sur la plaie de taille !
Leur utilisation en pépinières ne
permet pas non plus de protéger
les plants face aux champignons
impliqués dans les maladies du
bois.
Les Trichoderma ne permettent
pas la protection des plaies de
taille à l'égard des champignons
des maladies du bois de la vigne,
lorsque les contaminations ont
lieu le lendemain ou quinze jours
après la protection. C'est le principal
résultat d'une étude IFV
menée au vignoble pendant trois
années consécutives (2005, 2006
et 2007) portant sur l'évaluation
de l'efficacité de sept Trichoderma
différents en protection des plaies
de taille. La taille était effectuée
précocement, en décembre et plus
tardivement en février. Cette
étude montre que certains Trichoderma
retardent le développement
du champignon de l'eutypiose,
Eutypa lata, au niveau de la plaie,
mais ne bloquent pas son développement.
Pour Phaeomoniella
chlamydospora, un des champignons
pionniers de l'esca, la protection
par les Trichoderma s'avère
inefficace. Neuf mois après la protection
et la contamination, le
champignon provoque des ponctuations
noires caractéristiques
de son développement dans les
tissus sous-jacents à la plaie. Ces
résultats ne sont pas surprenants
car les Trichoderma sont des
champignons du sol. Ils sont rarement
trouvés sur les plaies de
taille en conditions naturelles. De
plus, comme le montrent nos dernières
études, les Trichoderma ne
colonisent pas toujours la plaie
de taille pendant la période hivernale,
cela est dû au fait que la
microflore naturelle peut empêcher
son installation. Ces champignons
sont également présents
sur le bois mort ou encore dans
le bois à un stade avancé de dégradation
(amadou). Ils sont rarement
trouvés dans les nécroses
dues au champignon de l'eutypiose
car elles constituent un
milieu défavorable au développement
des Trichoderma.
Ces essais ont été menés à la
suite de tests de confrontation,
réalisés au laboratoire en 2003
sur treize Trichoderma différents,
provenant de cinq sociétés. Ces
tests avaient pourtant permis de
mettre en évidence que certains
d'entre eux gênent le développement
de plusieurs parasites pénétrant
par les plaies de taille lors de
la période hivernale. Ces essais
avaient également montré que les
Trichoderma n'ont aucun effet sur
l'autre champignon pionnier de
l'esca, Phaeoacremonium aleophilum.
Les Trichoderma en
pépinières non efficaces
Concernant l'utilisation de
microrganismes tels le Trichoderma
atroviride pour empêcher
les contaminations observées en
pépinières, nos recherches montrent
leur inefficacité lorsque ces
champignons antagonistes sont
appliqués sur le matériel végétal
par pulvérisation, par trempage
avant le greffage ou apportés lors
du processus de stratification ou
sur les greffes-boutures lors du
greffage.
D'autres études ont été menées
par l'IFV sur l'évaluation de l'efficacité
de ces Trichoderma dans
le vignoble. La pulvérisation de
tels produits biologiques sur le
cep en hiver ne montre pas d'efficacité
sur les maladies du bois.
La présence de Trichoderma dans
un compost appliqué au sol n'a
pas non plus d'incidence sur le
développement des maladies du
bois.
Les pistes de recherche sur
l'utilisation des Trichoderma se
restreignent maintenant au
contrôle du Black Dead Arm. Ce
travail ne sera possible que lorsque
les voies de pénétration de
ces champignons dans la plante
seront connues.
P. LARIGNON
(IFV RHÔNE-MÉDITERRANÉE)

Les Trichoderma en pépinières non efficaces

Concernant l'utilisation de microrganismes tels le Trichoderma atroviride pour empêcher les contaminations observées en pépinières, nos recherches montrent leur inefficacité lorsque ces champignons antagonistes sont appliqués sur le matériel végétal par pulvérisation, par trempage avant le greffage ou apportés lors du processus de stratification ou sur les greffes-boutures lors du greffage. D'autres études ont été menées par l'IFV sur l'évaluation de l'efficacité de ces Trichoderma dans le vignoble. La pulvérisation de tels produits biologiques sur le cep en hiver ne montre pas d'efficacité sur les maladies du bois. La présence de Trichoderma dans un compost appliqué au sol n'a pas non plus d'incidence sur le développement des maladies du bois. Les pistes de recherche sur l'utilisation des Trichoderma se restreignent maintenant au contrôle du Black Dead Arm. Ce travail ne sera possible que lorsque les voies de pénétration de ces champignons dans la plante seront connues.