Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_jaune.gif
Les systèmes bovins bios en France : Résultats et modèles

Le 27-01-2010 par Institut de l'élevage ( )

Une série de publication de l'Institut de l'élevage: 2 synthèses, bovins lait, et bovins viande des résultats annuels des élevages suivis au cours des 7 campagnes, et la modélisation à partir de ces suivis de 24 cas types.

L’agriculture biologique s’est vue fixer par le « Grenelle de l’environnement » des objectifs ambitieux en matière de développement de surface et de volume de production. Pour cela il est nécessaire de montrer qu’elle peut être l’efficacité de ces systèmes bio. Fort heureusement des exploitations d’élevage biologique ont été intégrées aux Réseaux d’élevage au cours du contrat de plan 2000/2006 pour la recherche de références. L’Institut de l’Elevage vient d’en faire un travail de synthèse publié sous forme de trois documents complémentaires.

Tout d’abord deux synthèses, l’une en bovins lait, l’autre en bovins viande des résultats annuels des élevages suivis au cours des 7 campagnes qui fournissent avec recul une analyse détaillées sur les évolutions de structure et les résultats technique et économiques des ces systèmes d’élevage bio ainsi que leur comportement et leur sensibilité aux variations de contexte climatique et de marché. Pour chaque filière le traitement d’un échantillon constant à été opéré.

resultats-elevage-bios.jpg En bovins lait, on note une forte stabilité des performances techniques, malgré la variabilité de la qualité des années fourragères, une tendance générale à l’agrandissement qui s’accompagne d’une légère extensification. Ces exploitations ont un système fourrager centré sur l’herbe, le pâturage et l’exploitation des excédents de printemps. Au plan économique les résultats n’ont cessé de progresser sur toute la période d’observation et ce malgré un contexte de prix morose à partir de 2003.

 

levages-bio-2.JPG En bovins viande les performances de reproduction sont comparables à celles observée dans les systèmes conventionnels, en revanche la productivité de viande accuse un net retrait. Caractérisés par de systèmes fourragers très herbagers et extensifs les niveaux d’intrants sont particulièrement bas et permettent de compenser des charges de structures moins bien diluées qu’en conduite conventionnelle. L’étude montre une très bonne performance technique et économique du groupe au cours des 7 années et une moindre sensibilité aux aléas climatiques que leurs homologues laitiers bios.

La troisième publication, première du genre à l’échelon national en élevage bio, regroupe la modélisation à partir de ces suivis de 24 cas types (18 bovins laitiers et 6 bovins viande) proposables à l’installation ou la conversion dans la plupart des régions françaises.

Retrouvez ces publications sur le site web de l’Institut de l’Elevage :

- Valorisation des données technico-économiques des exploitations laitières biologique suivies dans les réseaux d’élevage (évolution d’un échantillon constant sur 7 campagnes 2000/2006)

- Valorisation des données technico-économiques des exploitations allaitantes biologiques suivies dans les réseaux d’élevage (évolution d’un échantillon constant sur 7 campagnes 2000/2006)

- Les systèmes bovins biologique en France : 18 systèmes laitiers, 6 systèmes viande