Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

puce_orange.gif
Prolapsus vaginale de la brebis, pourquoi et comment ?

Le 20-10-2007 par A.-J. Métivier (Maison Elevage )

Le service ovin viande de la maison de l'élevage du Tarn fait le point sur une affection parfois rencontrée avant la mise-bas.

Le prolapsus du vagin c'est l'expulsion plus ou moins prononcée de l'utérus. Cette affection est généralement rencontrée dans les deux à quatre semaines avant la mise-bas et chez les jeunes brebis suralimentées et très grasses.

Les causes sont :
- l'hérédité (certaines lignées semble être prédisposées);
- brebis grasse (en particulier chez la jeune brebis);
- terrains en pente, cornadis ou râteliers trop hauts (oblige la brebis à se dresser sur les postérieurs)…
- volume excessif de la ration alimentaire en fin de gestation et dans le cas d'une ration unique
- manque d'exercice;
- toux chroniques;
- parasitisme important
- position anormale des agneaux;
- présence de deux ou trois agneaux;
- carence en minéraux et oligo-éléments (équilibre phosphore- magnésium);
- brebis trop âgées.

La solution consiste à remettre le vagin en place et à éviter qu'il ne ressorte. Pour cela, trois méthodes sont possibles :
- la pose d'un pessaire qui ne gênera pas l'agnelage ensuite (risque de métrite);
- la suture temporaire de la vulve avec un point en U;
- la pose d'épingles de bouclement.
Pour les deux dernières méthodes il faut surveiller de prés la brebis afin d'intervenir au moment de l'agnelage en enlevant le dispositif mis en place. En cas d'efforts expulsifs importants, on peut utiliser des antispasmodiques injectables. Le traitement sera plus efficace si le prolapsus est pris à son début (vagin visible quand la brebis est couchée).

La prévention tient compte des causes citées au-dessus (réforme des brebis ayant déjà fait un prolapsus, ration équilibrée, apports de minéraux…).

Ecographie : pourquoi et comment ?
L'échographie "vides/pleines" peut se faire à partir de 45 jours après le retrait du bélier. Le fait de connaître rapidement les brebis gestante ou non, présente divers intérêts :
- pouvoir remettre très rapidement les brebis vides à la reproduction;
- éviter que les brebis vides ne s'engraissent en recevant la même alimentation que les pleines. Attention une brebis trop grasse est bien moins fertile;
- optimiser, pour ceux qui la pratique, la vaccination en fin de gestation. En effet on ne vaccinera que les réellement pleines !!! Les coûts seront ainsi maîtrisées.

Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter le service ovin viande de la maison de l'élevage du Tarn - 05.63.48.83.16.